Miam, Porridge Porn

Comment préparer le meilleur Porridge au monde

1 juillet 2015
pot flocons0027-2

Nous avons tous notre petit déjeuner fétiche, celui qui nous vient automatiquement lorsque nous n’avons pas trop envie de réfléchir, celui qui nous réconforte aussi, comme un repère dans la journée.

Dernièrement j’ai du mal à me passer de mon repas doudou du matin : le porridge.

Mon voyage récent aux USA (le royaume du petit déjeuner) ne m’a pas aidé. Tandis que les autres dévoraient bagels et pancakes, pour moi c’était Oatmeal à la cannelle tous les matins !

« Pas mal – me suis-je dit, mais pas aussi fantastique qu’à la maison. »

Je ne sais pas si mon porridge est le meilleur au monde, mais avec quelques année d’expériences et d’ajustements, je peux affirmer que c’est un des meilleurs que j’ai mangé.

Porridge / Oatmeal, quel différence ?

L’une est une dénomination plus européenne tandis que l’autre est américaine. Le porridge admet plus facilement l’utilisation d’autres céréales que l’avoine (blé, seigle, riz, sarrasin, graines de chia… Sacrilège!), alors que le nom même « Oatmeal » fait référence à l’avoine (Oat pour les anglophobes).

 

Les règles à respecter dans ma cuisine 

(et à enfreindre prochainement puisque je change tout le temps d’avis : c’est comme ça qu’on s’améliore non ?)

 

Respecter les classiques : qu’ils soient gros ou petits (dits « de cuisson rapide »), utiliser des flocons d’avoine.

Pas de sucres ajoutés.

Des fruits, des fruits, des fruits.

 Pas de produits laitiers (indigeste le matin) mais toujours des oléagineux (purée de cacahuète ou de noisette, ou encore d’amande, de sésame…) riches en minéraux, en protéine et en bons gras (pour ne pas avoir faim dans la mâtiné).

Des épices (cardamome, cannelle, vanille, muscade, girofle, safran…) pour le goût et les propriétés énergisantes.

Une préparation rapide avec le moins d’ustensiles à nettoyer après le carnage : on a pas tous 30 minutes pour préparer son ptit dej’ tous les matins!

 

Cette dernière règle est la plus compliquée à respecter Mais avec le temps, j’ai trouvé le moyen de réaliser un porridge rapide au quotidien.  Je travaille à 7h, alors vous imaginez que je préfère avoir le moins de travail possible pour préparer mon repas au réveil.

Choisir les bons ingrédients

Les céréales

Du côté des céréales, je suis donc une puriste du flocon d’avoine. J’aime son gout, sa texture, il m’apporte de l’énergie et me tient au corps jusqu’au déjeuner.

Attention tout de même pour ceux qui auraient un système digestif fragile, l’avoine complet peut être irritant en raison de sa forte teneur en fibres.

Vous aurez le choix entre les petits et les gros flocons. Les premiers sont dits « de cuisson rapide », ça ne me parait pas très juste car les gros flocons absorbent l’eau et cuisent également très rapidement. Les petits flocons auront un rendu après cuisson plus homogène, formant une pâte très crémeuse. ça peut être sympa dans un genre plus régressif. Les gros flocons conservent leur forme tout en prenant un aspect crémeux. Je les préfère car je trouve la texture plus agréable, on a ainsi plus le sentiment de manger quelque chose de consistant.

Il est aussi possible de mélanger les deux pour obtenir un résultat intermédiaire.

Dans tous les cas, préférez les flocons complets aux blancs (type Quaker Oats en grande surface). Ils ont plus de tenu, plus de gout, ils sont plus riches en minéraux et en fibre. Leur indice glycémique est plus intéressant : les glucides des céréales complètes se diffusent plus lentement dans le corps, évitant ainsi les coups de fatigue et les fringales.

Les fruits

Du côté des fruits, j’utilise quasi systématiquement de la banane. Cuite, elle donne du liant, du crémeux, apporte un gout sucré, et n’oublions pas qu’elle contient énormément de nutriments.

Si vous n’aimez pas la banane et que vous souhaitez avoir un peu de douceur, remplacez l’eau (complètement ou partiellement) par du lait végétal naturellement sucré comme le lait d’amande ou de riz. Ou encore par du lait et du miel/sucre complet. Le lait et les sucre ajoutés sont officiellement prohibés par mes lois du porridge alors faites comme si je n’avais rien dit.

A côté de ça j’aime utiliser des fruits avec de la tenu en cuisson qui apportent de la texture comme les pommes, les pêches, l’ananas ou la mangue. J’aime aussi ajouter d’autres fruits qui se défont en cuisson et parfument l’ensemble du plat, c’est le cas de la banane mais aussi des figues, des abricots, ou de la rhubarbe. Les prunes, la rhubarbe et les fruits rouges (comme la cerise ou myrtille) cuits apportent une pointe d’acidité rafraichissante, attention à avoir la main légère sur la rhubarbe et les prunes dont l’acidité peut être très forte après cuisson.

En saison, j’utilise aussi des fruits rouges crus pour la fraicheur et la douceur (fraises, mûres ou myrtille – peu acide lorsqu’elles ne sont pas cuite).

En hiver pensez aux fruit secs ! A mélanger pendant la cuisson si vous souhaitez les réhydrater, ou à ajouter dans votre bol avant de déguster. Vous avez les raisins, cranberries, abricots, figues, mangue, ananas, papaye… tout ce qu’il faut pour créer des mariages de saveurs  avant d’affronter la grisaille.

Les oléagineux

Les amandes, noisettes, cacahuètes, noix de cajou, noix du brésil, sont  nommés oléagineux : des fruits cultivée pour leur graines riches en matière grasse. Ne les boudez surtout pas en raison de leur apport calorique, ce sont eux qui vous apportent de bonnes graisses anti-cholestérol, des protéines, calment la satiété, et vous boostent avec leur minéraux et leur anti-oxydants.

J’utilise des purées d’oléagineux, vous connaissez déjà le beurre de cacahuète, sachez qu’il existe la même chose avec de la noisette, du sésame ou de l’amande. Regardez bien l’étiquette, choisissez les pures : pas besoin d’huile de palme hydrogénée (utilisée en stabilisant pour que les graisses restent figées et ne se sépare pas sur le haut du pot) ou de sucres ajoutés. Vous en trouverez toutes sortes en magasin biologique.

Une simple cuillère à café suffit pour faire la différence. Notamment du point de vu gustatif : vous n’imaginez pas le parfum qui se dégage d’un porridge chaud auquel on ajoute une cuillère de purée de noisette : vous en jetteriez un pot de nutella à la poubelle sur le champ !

Les épices

Elles sont incontournables. Énergisantes, réchauffantes (cannelle, vanille, girofle, muscade) ou rafraichissantes (cardamome, gingembre, anis) elle réveillent le métabolisme et les papilles. Laissez vous guider par vos envies, le corps sait choisir ce dont il a le plus besoin.

Il faut croire que j’ai tous les jours besoin de cannelle…

Ma méthode

Je découpe les fruits la veille et je lance la cuisson au réveil (elle s’arrête toute seule avec le minuteur de la plaque de cuisson) pendant que je suis sous la douche.

Les proportions sont d’une dose de flocons d’avoine (j’utilise un petit doseur qui équivaut à 50g) pour une dose et demi à deux doses d’eau.

Avant je mettais tout à cuire en même temps, mais j’ai récemment découvert que c’était excellent de préalablement cuire les fruits dans l’eau. De cette manière, l’eau se gorge du sucre et des saveurs des fruits pour faire un sirop léger. Les fruits sont parfaitement cuits.

Dans mon ancienne méthode, l’avoine avait déjà absorbé toute l’eau avant que les fruits n’aient le temps de cuire, le résultat était également moins savoureux.

Si vous souhaitez un peu de fraicheur, vous pouvez en conserver une partie crue à ajouter lorsque l’avoine a terminé sa cuisson.

La veille

  • Découper les fruits en morceau et les conserver au frigo pour le lendemain. J’en profite pour préparer une salade de fruit frais que je mange à côté du porridge.
  • Préparer les ustensiles du matin : une casserole, un verre doseur, une cuillère, et pour le bol je réutilise celui qui a servi pour conserver les fruit au frais la nuit.
  • Je sors d’avance mon bocal de flocons d’avoine, le beurre de cacahuète ou autre oléagineux, et les éventuels stocks de fruits secs.

Le matin

  • Dans la casserole, faire bouillir l’eau et les fruits avec les épices de votre choix.
  • Laisser mijoter rapidement (5 minutes tout au plus – j’en profite pour préparer la table ou le repas de mon chien…).
  • Ajouter l’avoine, mettre à feu très doux pour 5 à 10 minutes.
  • Pendant ce temps je file sous la douche… Une fois sortie de la salle de bain, l’appartement embaume les épices et les fruits, le porridge est chaud mais a juste refroidit ce qu’il faut pour ne pas être brulant.
  • Servir dans un bol, ajouter au plaisir des fruits secs ou encore des fruits frais (pensez aux fruits rouges surgelé hors saison), et une cuillère à café de purée de noisette, d’amande ou de beurre de cacahuète.

Voila un porridge minute tout frais dès le réveil !

Je vous accorde que ça demande un peu d’organisation, mais très franchement, ça ne prend qu’un quart d’heure le soir et ça donne un bon départ. Manger un repas aussi bon dès le réveil, ça me met de bonne humeur pour la journée. C’est simple, sain, et nourrissant sans être lourd.

A vous maintenant de faire vos essais !

Si vous êtes en manque d’inspiration, je vous proposerai au moins un fois par mois mon porridge du moment avec les fruits de la saison. J’ai délicatement nommé cette rubrique le Porridge Porn.

Cet article est susceptible d’être édité avec le temps. Comme je l’ai dit précédemment, les expériences m’amènent à découvrir de nouvelles méthodes et de nouveaux gouts, les règles sont faites pour être brisées.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply