Browsing Category

Bim !

Bim !

La compétition, c’était une bonne idée ?

13 avril 2016
Compétition kick boxing

J’ai retrouvé cette photo dans mes vieux clichés, elle date des Championnats de France de kick boxing de Janvier 2014. Je ne sais pas à qui appartient ce dos très photogénique mais merci à lui !

J’ai été très occupée ces derniers temps, il y avait des projets de reconversion professionnelle, des projets personnels, les obligations du quotidien, et par dessus tout ça, la saison de kickboxing 2016 avec la préparation à mes premiers combats en classe B. Des victoires et de bons moments. Des épreuves et de la souffrance également.

Une partie de tout ça est derrière moi maintenant, ce qui me donne l’opportunité de réfléchir aux choix que j’ai fait ces derniers temps.

Se plonger dans des objectifs de compétitions, c’est s’abandonner à une vie très disciplinée et restrictive pendant la durée de la préparation. ça implique des sacrifices pas toujours facile à faire comprendre à son entourage, et ce malgré les bons résultats.

Alors est ce que ça en valait la peine ?

Continue Reading…

Bim !

La boxe pour les débutants, mes conseils – Part. I

1 novembre 2015
IMG_9689_boxe

Vous voulez essayer votre premier cours de boxe? Vous êtes peut être un peu intimidé. Il faut bien commencer quelque part, j’ai fait mes premiers pas dans un cours de kick boxing à mes 27 ans. Entre mon âge et ma condition physique, rien ne laissait présager que ça prendrait une telle place dans ma vie. ça m’a énormément changé, physiquement et mentalement.

Mes premiers entrainements étaient désastreux et j’ai longtemps eu la boule au ventre avant les cours. Par chance j’ai rencontré des gens qui ont su me mettre en confiance et me transmettre leur amour pour ce sport. Aujourd’hui j’essaie de faire la même chose avec les nouveaux.

Voici quelques conseils pour vous aider à vous lancer dans les meilleures conditions. Dans cette première partie, je commence par vous parler des aspects pratiques. 

Continue Reading…

Bim !, Om̐

été, souvenirs et bilan sportif

23 septembre 2015
_DSC6161_plage

J’ai vécu un très bel été cette année. J’aime toutes les saisons, chacune a sa couleur, ses odeurs et son rythme. En été on brise plus facilement le quotidien pour s’accorder un peu de répit, presque sans culpabilité. Alors que nous vivons les premiers jours d’automne, j’ai envie de partager avec vous les beaux moments et les remises en questions de ces quelques mois de parenthèse.

Je me pose notamment la même question chaque année, faut il profiter de ces moments de relâche pour faire une pause dans ma routine sportive?

C’est aussi une période où je ressens le besoin de réévaluer mon quotidien, ma situation professionnelle et mes choix de vie en général. Cette année, j’ai besoin de faire quelques changements. Continue Reading…

Bim !, Om̐

Science sans conscience

8 mars 2015
mimosabuddhanice

Pour se ressourcer et rester à l’écoute de soi, rien de tel qu’une promenade sous les mimosas.

J’ai grandi entre la mer et la montagne, dans les collines des Alpes Maritimes. J’ai la chance d’y retourner régulièrement pour voir ma famille.

A cette période de l’année, je vais me promener sous les mimosas en fleur. Je cueille souvent des bouquets que je dépose sur ma table de chevet pour me réveiller avec le parfum des fleurs. Avec ce changement de lieu et de rythme, je relâche complètement la pression et la rigueur que je m’impose au quotidien.

Au point de me questionner sur la pertinence de tout ça.

A force d’entrainement, je progresse et je sens que les regards ne sont plus tout à fait les même. Je m’entraine plus souvent avec les compétiteurs. Je sens qu’ils sont très prévenants avec moi, mais d’une certaine manière je suis placée avec les boxeurs « sérieux ». On exige plus de moi et j’en suis flattée même si c’est parfois difficile de suivre.

Il y a un aspect déplaisant que je découvre dans le processus. J’appelle ça le « scientisme ». Je considère de plus en plus mon corps comme un outil qu’il faut entretenir, affuter. Je respecte les instructions de mes entraineurs, je suis assez disciplinée et je les écoute avec confiance.

Mais parfois je sens que c’est à moi de prendre conscience de mes besoins et de mes limites. Le ressenti et l’écoute de son corps ne fait pas vraiment parti des valeurs de la boxe. La performance est plus au cœur des préoccupations. Les discours scientifiques sur la préparation physique font références.mimosa600

A coté de mon entrainement, j’aime courir pour me détendre. Je cours pour le plaisir, pas pour améliorer mes performances. Au combat, on recherche la rapidité, la puissance, l’explosivité. En théorie on me dit qu’il faut pratiquer des exercices qui constituent des fibres musculaires dites « rapides », alors que les sports répétitifs d’endurance fabriquent de la fibre dites « lente ». Alors pour courir, certains de mes entraineurs préfèreraient que je pratique uniquement du fractionné. Pour « ne pas gâcher tout notre travail ».

Le fractionné ça ne me fais pas vraiment rêver…

Pour une fois j’ai décidé de ne pas écouter, j’ai trop besoin de cette parenthèse.

Je ne peux pas m’empêcher d’être gênée par cette vision du corps. C’est peut être la pratique du yoga qui me donne une approche moins « scientiste », moins mécanique.

Je reste persuadée qu’écouter son corps reste la meilleur façon de progresser en se préservant des blessures. ça ne nous empêche pas de repousser nos limites, ça nous permet au contraire de mieux les cerner et travailler en pleine connaissance.

Il faut probablement tirer le meilleur parti de ces deux approches et voir ce qui marche le mieux pour soi.

En attendant, lorsque je retourne dans ma famille,  je cours au bord de la mer, ou sur les chemins de montagnes. Dans ces moments là je sais à quel point ça m’est bénéfique, peu importe le reste.

Bim !, Om̐

Phra Khru Bah, Action Hero Thaï

2 mars 2015
buddha-s-lost-children-buddhas-verlorene-kinder

Boxing for me is meditation. It helps me find peace and stillness. It’s food for my mind, and when my mind is full, I feel free.

Phra Khru Bah Neua Chai Kositto

Rituel du dimanche matin, je reviens du marché, mon petit déjeuner est prêt – porridge avoine pomme banane cannelle, bientôt la recette ! – je fouille dans les rediffusions d’arte pour regarder quelque chose d’intéressant avant de partir à l’entrainement (j’avoue que je me laisse aussi parfois tenter par une rediffusion de Top Chef ou par un épisode de Bob’s Burger…).

Je tombe sur un reportage 360° GEO qui m’intrigue, Le Triangle d’or et les enfants de Bouddha. Phra Khru Bah, un moine bouddhiste, ancien boxeur thaï au très beau palmarès, recueil les enfants pauvres et orphelins de la région pour les éloigner de la drogue. Il les éduque à travers la voie de bouddha et l’enseignement du muay thaï dans son monastère du cheval d’or.

Tout un programme.

Il existe donc vraiment ce personnage ? Pour une fois, je ne me suis pas endormie devant mon documentaire du dimanche matin, trop fascinée que j’étais.

Quelques jours plus tard, je reçois une publication facebook de Sylvie von Duuglas-Ittu concernant Phra Khru Bah (si je ne me trompe pas, celui ci se remet d’une récente attaque cardiaque qui l’a laissé partiellement paralysé) qui contient un autre superbe documentaire à son sujet, Les Enfants Perdus de Bouddha.
Ce dernier est beaucoup plus abouti, il est disponible dans son intégralité sur Viméo.

Je vous laisse découvrir ce personnage qui m’a beaucoup touché et qui a fait se taire pendant un instant l’individu cynique qui sommeille en moi.

Il me faut parfois voir ce genre de chose pour retrouver un sens, une compréhension à l’entrainement. Derrière la violence et la rigueur des arts martiaux, il y a en réalité beaucoup de joie et de plaisir. Plus généralement, il y a de l’espoir.